MAEC: Musée de l'Académie Étrusque et de la Ville de Cortona

Piazza Signorelli, 9 Cortona

Ouverture:
Avril- Octobre: tous les jours de 10h à 19h;
Novembre- Mars: mardi- dimanche de 10h à 17h.
Fermé le 25 décembre.

Foglia di vite in bronzo Palazzo Casali accueille depuis 2005 dans un seul musée le Musée de l’Académie Étrusque et de la Ville de Cortona qui unit le célèbre Musée de l’Académie Étrusque (mettere il link alla pagina successiva) – fondé en 1727 et aujourd’hui monument extraordinaire de l’histoire et de la culture intellectuelle du XVIIIème siècle – et le Musée de la Ville étrusque et romaine de Cortona, la nouvelle section topographique dédiée aux événements historiques et archéologiques de Cortona, dont les dernières salles ont été ouvertes en septembre 2008.

Dans cette manière on a créé un corps unique où, chose très rare même au niveau national, l’histoire du territoire de Cortona, de son évolution de l’age préhistorique et protohistorique jusqu’à celle étrusque et romaine, se fond avec l’histoire du collectionnisme du XVIIIème siècle, grâce auquel la plupart des matériaux provenant des premières recherches sur le territoire de Cortona a été préservée. La manière dont les collections sont exposées rend les deux « âmes » du MAEC bien évidentes.

Pubblicazioni del MAEC

Restaurando la storia L’alba dei principi etruschi

Restaurando la storia L’alba dei principi etruschi

MAEC A guide to collection

MAEC A guide to collection

Francesco Laparelli Cortonese architect at Malta

Francesco Laparelli Cortonese architect at Malta

Statuetta votiva in bronzo Le parcours commence (salle 1) avec une première sélection dédiée à l’environnement et au territoire de la Valdichiana au Quaternaire, qui expose des fossiles provenant surtout de Farneta, pour continuer au deuxième étage du sous-sol vers la salle 2, qui est dédiée aux présences humaines sur le territoire de Cortona avant la formation de la ville et à Cortona à l’age préhistorique et protohistorique.

Collana con semisfere in filo d’oro e perle La salle 3 est consacrée à l’ancienne ville de Cortona et à la topographie du territoire à l’époque étrusque et romaine. La phase archaïque de la ville (VIIème- VIème siècle av. J.-C.), la “Cortona des Principes”, est bien représentée des pièces des grandes tombeaux monumentaux qui se trouvent dans la vallée: les Tumuli I et II del Sodo (salles 4-5), avec les bronzes, la céramique attique et les merveilleuses œuvres d’orfèvrerie découvertes pendant les fouilles archéologiques en 1991-92, et le Tumulo François à Camucia (salle 6), avec les matériaux de son équipement funéraire et ceux provenant de la collection Sergardi (des ivoires et de la céramique attique très raffinée).

Piazza della Repubblica Cortona Les matériaux de ces tombeaux mettent en évidence la richesse, le pouvoir et le raffinement culturel des familles princières auxquelles ils appartenaient. Avec les objets provenant des tombeaux, aujourd’hui le musée peut exposer dans la salle 5 les retrouvailles d’une nécropole de la période orientalisante; il s’agit de matériaux surtout en céramique, parfaitement préservés (le cinéraire étrusque- corinthien du Cercle I est à signaler), provenant de cercles de tombes retrouvés à la suite d’exceptionnelles découvertes archéologiques dans la zone du Tumulo II del Sodo, qui sont encore dans une phase d’investigation archéologique.

La Tabula Cortonensis Une section spécifique (salle 7) montre, toujours dans la période archaïque, l’influence de la Curtun étrusque sur un territoire plutôt vaste, qui de la Valdichiana arrive jusqu’aux montagnes de la vallée du Tibre, avec les pièces d’orfèvrerie et les matériaux de Bettolle et Foiano et les extraordinaires contextes de Trestina et Fabbrecce, desquels on comprend l’incroyable vitalité des classes aristocratiques étrusques même sur le versant du Tibre des montagnes autour de Cortona. La période hellénistique, caractérisée à Cortona par une nouvelle structure urbaine et sociale, est représentée aussi bien des imposants remparts de la ville (dont on montre les stades d’évolution au cours des siècles, en particulier en ce qui concerne la zone de Porta Bifora) que des sanctuaires urbains et suburbains dans le territoire. Avec les matériaux du sanctuaire de Camucia retrouvés pendant les fouilles des dernières années dans la zone qui va des pépinières jusqu’à Via Capitini, on peut admirer ceux de l’église paroissiale de S. Pietro ad Mensulas (salle 8) et de la célèbre Tabula Cortonensis (salle 9). Il s’agit d’un document étrusque de type contractuel écrit sur un bronze, très rare pour la longueur de l’inscription et pour le texte, qui a été retrouvé en 1992 et qui remonte au IIème siècle av. J.-C.

Elmo a calotta in bronzo laminato Finalement la ville romaine et tardo-ancienne de Cortona, avec le différent aménagement politique de la ville et du territoire, est représentée par l’extraordinaire villa romaine de Ossaia, une grande villa rustique habitée entre la première époque impériale et le Vème siècle ap. J.-C., dont on peut admirer les splendides mosaïques (salles 10-14). La reconstruction d’un glirarium, c’est-à-dire la grande jarre en terre cuite où les loirs étaient élevés pour être mangés, est une intéressante caractéristique de la coutume de l’époque. Ici se termine la section topographique du Musée de l’Académie Étrusque et de la Ville de Cortona, qui est douée de modernes technologies dont le but principal est toujours celui de fournir un contexte aux matériaux par rapport au lieu d’origine ou de retrouvaille.